Nouvelles de nos Églises, février 2021

Veuillez noter que les textes reflètent ce que nos communautés vivaient cet été. Nos Églises respectaient les règles sanitaires et les mesures de sécurité mises en place durant cette période. Comme la situation évolue rapidement, il se peut que le mode de fonctionnement de nos Églises ainsi que les activités proposées aient depuis changé.

Église de Saint-Eustache

Jusqu’à quand ? Cette question est posée à plusieurs occasions dans la Bible ; elle dénote une certaine exaspération, une attente pénible qui espère une conclusion prochaine. N’est-ce pas cette question qui nous envahit tous par moment en ce temps de pandémie ? Dans le psaume 13, cette question est adressée à l’Éternel à quatre reprises de la part de David et ce psaume se termine par : « Moi, j’ai confiance en ta bonté, j’ai de l’allégresse dans le cœur, à cause de ton salut ; je chante à l’Éternel, car il m’a fait du bien. ». Qui d’autre que l’Éternel peut changer notre perception face à une situation qui nous dépasse ? À l’exemple de David, plaçons notre confiance en sa bonté !

Notre assemblée a traversé la période des fêtes par des célébrations virtuelles tentant de respecter le plus possible la tradition établie au cours des années. D’ailleurs, je dois souligner la fidélité de nos participants et tous les efforts déployés pour favoriser l’inclusion du plus grand nombre par une programmation adaptée aux auditeurs de tous âges. Dans cette crise sanitaire que nous traversons, nous ne cessons d’adapter nos façons de faire en conservant le plus possible la liturgie développée tout au long de nos quarante-quatre années d’existence en tant qu’Église ; de nouveaux outils technologiques sont mis en place et utilisés par des frères et sœurs qui excellent dans le domaine. Aussi, l’amour et l’attachement que nous avons les uns pour les autres demeurent et fait en sorte que nous poursuivons notre mission en tant qu’église qui est : « Célébrer Dieu… Vivre l’Évangile de paix… Cultiver la Foi en Jésus-Christ ». Une grande leçon que cette pandémie nous a apportée est une leçon d’humilité ; une fois de plus, devant un élément qui nous dépasse le psaume 121 nous instruit : « Je lève les yeux vers les montagnes… d’où viendra le secours ? Le secours me vient de l’Éternel qui a fait les cieux et la terre ».

Grâce à Dieu, au cours de la dernière année, nous avons pu conclure le processus d’incorporation et avons poursuivi la réalisation de la phase 1 de notre projet de modernisation mis en place en 2018 tout en atteignant 90 % de notre objectif financier sur cette phase. Pour 2021, nous continuerons de favoriser nos rassemblements ou rencontres de toutes les façons permises afin de s’encourager mutuellement à courir avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, qui suscite la foi et la mène à la perfection (Hé 12.1b-2).

Église chrétienne de Saint-Laurent

L’ECSL va bien. Nous avons continué de tenir nos réunions en présentiel et en ligne jusqu’au dernier confinement. Nous avons été protégés à 360 degrés par notre grand Dieu. Personne n’a souffert de la covid-19 dans l’église.

Les membres sont fidèles aux réunions en ligne. L’église poursuit ses rencontres dominicales avec Zoom depuis le couvre-feu. Nous continuons également de tenir des réunions de prières chaque jeudi soir.

Notre deuxième réunion générale annuelle comme église incorporée se tiendra le samedi 20 mars prochain.

Nous avons la joie de voir Hariane Charles, une jeune baptisée à Pâques 2020, commencer un cours à l’ETEQ cette session.

Le pasteur Bruno Synnott espère publier en 2021 un essai sur Genèse 1-3, en cherchant à montrer la pertinence théologique des récits fondateurs dans le dialogue avec la culture contemporaine et scientifique.

Église de Sainte-Rose

Après un temps des fêtes passé en chapelle où nous avons alterné les dimanches pour familles avec enfants et les dimanches pour gens sans enfants, le nouveau mot d’ordre du gouvernement nous a contraints à tenir nos célébrations du dimanche sur plateforme Zoom. Malgré les désavantages évidents de fermer notre lieu de culte, « l’Église en pantoufle » est loin de déplaire à nos membres, spécialement en plein hiver ! Beaucoup apprécient l’impression de proximité qui se dégage de nos rencontres ainsi que la possibilité d’inclure une dimension participative au rassemblement. Par exemple, après chaque prédication, nous tenons une période de discussion collective qui est fort appréciée. Bref, on se sent un peu comme les apôtres autour de la même table plutôt que comme des spectateurs. La louange en souffre un peu, mais elle n’est pas pour autant absente de notre service.

En semaine, il y a toujours la tenue de nos groupes, dont un offre une formation d’initiation à la foi les lundis soir. Nous sommes encouragés de voir la croissance spirituelle des participants. Un autre groupe se penche sur la présence et l’utilisation des dons dans l’Église sous la conduite de Renée Théorêt. Il y a aussi depuis peu une courte rencontre virtuelle de prière le mercredi soir organisée par Esther Bourdages.

Il y a bien des inconnus pour l’année 2021, mais nous sommes tellement reconnaissants pour la présence de Dieu, sa consolation, sa joie, qui nous ont accompagnés tout au long de la dernière année. Bien sûr, la solitude physique pèse sur plusieurs d’entre nous, et la solidarité des membres entre eux ainsi que les activités de l’Église nous aident à tenir le coup !