Nouvelles de Multiply

Départ de Randy Friesen

Le conseil d’administration de Multiply a annoncé la semaine dernière qu’il avait reçu la démission de Randy Friesen, effective à partir du 15 avril 2021. Cette annonce intervient après que le nouveau conseil d’administration ait été invité à mettre en œuvre les recommandations du groupe de travail (Task Force) publiées l’année dernière; l’une d’entre elles étant une transition au sein de l’équipe de direction. La recherche d’un nouveau directeur général a commencé et la description du poste a été publiée sur le site Internet de Multiply. Randy a servi fidèlement et un événement de célébration de son ministère aura lieu le 11 avril 2021.

J’ai été privilégié de servir la famille FM et Multiply dans la mission mondiale au cours de 31 années, dont les 17 dernières en tant que directeur général de Multiply. Ensemble, nous avons mobilisé des milliers de personnes dans des programmes de formation de disciples, fourni des ressources à de nouveaux lieux d’implantation d’églises et équipé des églises locales pour qu’elles s’associent à la mission. Je tiens à remercier l’incroyable équipe du personnel de Multiply, le conseil d’administration, les missionnaires et les partenaires nationaux pour leur soutien, leur dévouement et l’exemple qu’ils m’ont donné de ce que signifie « vivre en mission ». Je veux aussi remercier notre famille d’églises FM en Amérique du Nord et ICOMB pour leur investissement continu dans la mission par l’envoi et la réception de prières et leurs dons ! Le meilleur est encore à venir

Randy Friesen, avril 2021

Que signifie l’expression « Vivre en mission » ?

Lorsque Jésus appela ses disciples, il les appela d’abord à le suivre. Puis, il les envoya afin qu’ils prient pour ceux qu’ils rencontrent et partagent la bonne nouvelle de l’Évangile.

Encore aujourd’hui, Jésus appelle tous ses disciples à ces deux mêmes choses : premièrement, être en relation avec lui, marcher avec lui comme un apprenti. En second lieu, être engagé dans sa mission, l’écouter et lui répondre chaque jour et agir comme il le demande. Cet appel à vivre en mission est une norme et non une exception et elle s’applique à chacun des disciples de Christ et pas seulement à ceux qui s’embarquent en avion vers des destinations exotiques. Il s’agit d’un mode de vie pour chacun d’entre nous, peu importe où nous nous trouvons.

Nous pouvons voir ce thème à travers tous les Évangiles et les Actes des apôtres : Jésus invite ses apôtres à faire des disciples de toutes les nations. Dans Actes, nous voyons que certaines personnes sont désignées et mises à part pour un mandat précis, mais toute l’église est engagée dans la mission. Certains vont se rendre vers des régions éloignées, mais tous ont un rôle à jouer. Peu importe ce que nous faisons, nous vivons chaque jour avec cette connaissance, celle d’être un émissaire dans sa mission.

Vivre en mission n’est possible que dans une relation ininterrompue avec Jésus, tout le long de la journée, chaque jour. Cette relation interrompue nous est rendue possible par le Saint-Esprit qui vie en nous. Une vie remplie de l’Esprit est accessible aux disciples, et cette vie en est une vécue dans la mission.

Jésus a donné sa vie pour nous, il nous invite à faire de même pour lui. Être un disciple est une démarche de soumission complète devant Jésus comme Seigneur, en relation constante avec lui et dans l’obéissance envers le mandat qu’il nous donne.

Traduction française de What does it mean to Live on Mission par Randy Friesen, Réseau Multiply.

Voici une histoire récente d’ici au Canada

Cette histoire est celle de Derek et John (leaders autochtones), œuvrant parmi les Premières Nations du Canada.

Il y a au Canada 630 communautés distinctes et  l’on y parle plus de 70 langues autochtones. Pendant des années, nous avions prié et accompagné cette communauté des Premières Nations.

Quelques mois plus tôt, nous avions reçu un appel d’un ami. Dans le contexte de la covid et avec tout le stress et les défis engendrés, la communauté était éprouvée par une flambée de cas de suicides et de surdoses accidentelles. Cet ami nous appelait ce jour-là pour nous demander de venir prier pour la communauté.

Il n’y avait jamais eu d’église dans cette communauté et nous n’avions jamais reçu d’invitation comme celle-là. Nous avions rassemblé quelques hommes provenant de plusieurs Premières Nations et avions entrepris le voyage en canot sur la rivière afin d’atteindre la rive où loge cette communauté. Nous avions prié pour la communauté dans les langues de ce territoire et intercédé dans l’unité. Nous avions demandé une intervention divine.

Plusieurs semaines plus tard, nous recevions un autre appel téléphonique : « Revenez svp, revenez afin de chanter, prier et nous partager des histoires sur Jésus ». De cette prière sur la rivière, une petite église maison était née!